Temps de lecture : 5 minutes

« Bayern » Munich, « Borussia » Dortmund, Schalke « 04 »,… Pourquoi les clubs allemands abordent-ils souvent une taxinomie assez spéciale ou étrange? Entre origines géographiques, historiques et politiques, voici l’explication du nom des clubs allemands.

Riche et variée, l’histoire du football allemand a connu de nombreux rebondissements et évolutions : soit pour des raisons sportives, soit à la suite de l’influence politique des Nazis, soit pour des raisons sociales ou économiques. Il ne faut pas oublier, non plus, les grands changements géopolitiques qui intervinrent en 1918, 1945 et 1990. Cette histoire complexe n’est pas anodine et a marqué le football allemand dans sa chair, à travers le nom de ces clubs de foot.

Logo de Nuremberg

Les noms de clubs allemands avec des chiffres sont très nombreux et l’explication est toute simple mais méconnue : 1.FC Cologne, 1.FSV Mayence, 1.FC Nuremberg, 1.FC Kaiserslautern, ces chiffres signifient simplement qu’ils sont les premiers clubs créés dans leur ville. Si on prend l’exemple de 1.FC Cologne, cela veut dire que le FC Cologne est le premier club créé à Cologne, en 1948 en l’occurence. Cette précision d’importance tient principalement pour les premiers clubs de villes, il est évidemment rare de trouver des clubs portant l’inscription « 2. ». Fortement représentés, les noms des clubs avec des chiffres en ouverture ne sont pas considérés comme les plus sexys, mais avouons que cela ajoute un certain cachet.

Logo de Schalke 04

Pour le club du FC Schalke 04, c’est une autre histoire. Il s’agit des deux derniers chiffres de l’année de création du club, soit 1904. La date de création du club représente l’utilisation de chiffres la plus répandue en Allemagne. Attention, la création d’un club peut être antérieure au 20e siècle : le club d’Hannovre 96 a ainsi été créé en 1896 et non en 1996. Si on fusionne les deux explications concernant les chiffres, on peut en conclure que le « 1. FSV Mayence 05 » a été fondé en 1905 et est le premier club de la ville.

Mais tous les noms ne comportent pas de chiffres dans leur dénomination. Certains clubs ont ainsi ajouté des mots ou des abréviations, pas toujours pour les mêmes raisons. Niveau géographique, le « Bayern » du Bayern Munich se traduit par « Bavière », le nom de la région de Munich. Les clubs de Dortmund et de Mönchengladbach partagent un « Borussia » devant le nom de leur ville qui se traduit par « Prusse ». Cependant, le club de Dortmund aurait opté pour ce mot car ce serait tout simplement le nom de leur bière locale préférée.

Côté anecdote, le Fortuna Düsseldorf est un piège : ce n’est pas la déesse de la chance Fortuna qui a inspiré le club mais une charrette à pain de la boulangerie voisine qui portait cette inscription. Toujours aussi surprenant, le Hertha Berlin doit son nom à un voyage de l’un de ses fondateurs. Fan de croisières, il embarque à bord d’un bateau bicolore dénommé le… Hertha. Le navire était bardé de blanc et de bleu, les deux couleurs du club de la capitale. Plus classe, le club de Francfort est précédé de l’expression « Eintracht » qui signifie « Unis » ou « Unité » et sous-entend les valeurs de respect et d’égalité que prônent le club.

Moins chargés de symbolique, les clubs sponsorisés ne peuvent que difficilement s’en cacher. Le Bayer Leverkusen 04 est, comme son nom l’indique, propriété du groupe pharmaceutique Bayer, qui l’a créé en 1904. Le RB Leipzig, détesté en Allemagne et considéré comme un club factice, est l’un des nombreux clubs de la galaxie Red Bull et fut fondé en 2009. Depuis quelques saisons, le club a même du modifier son nom pour rentrer dans le cadre de la loi : comme un même dirigeant ne peut posséder deux équipes qui s’affrontent et que le club allemand était engagé dans la même compétition que son cousin du RedBull Salzbourg, il fut rebaptisé RasenBallsport Leipzig. Il ne s’agit cependant que d’une façade permettant de masquer son véritable propriétaire, action qui a exacerbé encore un peu plus les reproches de facticité du club. Le club de Wolfsbourg l’a joué plus malin en n’incluant pas son propriétaire dans son nom car la dénomination de la ville est déjà équivoque : Wolfsbourg est la ville de construction et de création de la marque automobile Volkswagen, créatrice, sponsor et propriétaire du club principal de la ville. Devenu bastion nazi sous la guerre (Volkswagen étant la marque de voitures créée par les Nazis), le club évita la dissolution en 1945 et fit peau neuve. C’est sans doute une des raisons pour lesquelles le nom de Volkswagen n’apparaît pas.

Dernière spécificité, les abréviations. Si il est désormais évident que le TSG 1899 Hoffenheim fut créé en 1899, il reste encore à cerner le mystère de son abréviation. « TSG » signifie en réalité « Turn- und Sportgemeinschaft », soit « Communauté sportive et gymnastique » et fait directement référence au statut omnisport du club. L’abréviation « VfL » devant le nom du club de Wolfsbourg signifie quant à elle « Verein für Leibesübungen », soit « Club d’exercices physiques », nouvelle référence au côté omnisport. Pour Stuttgart, c’est le « VfB » qui a été choisi pour « Verein für Bewegungsspiele », soit littéralement « Club de jeu en mouvement », troisième référence différente à la couverture de plusieurs sports. Il est à noter que la majorité des grands clubs allemands possèdent le statut omnisport mais que seuls certains ont décidé de l’afficher ouvertement.

Les noms des clubs allemands sont donc assez particuliers et demandent bien d’explications. Après avoir découvert l’origine du nom de ses clubs, pourquoi ne pas découvrir le championnat allemand dès la saison prochaine? La Bundesliga ne cesse d’améliorer son niveau, d’attirer des pépites en transition (Kévin De Bruyne, Thorgan Hazard, Pierre-Emerick Aubameyang, Roberto Firmino,…) et de proposer un jeu presque uniquement basé sur l’attaque. Si cet article peut vous permettre de découvrir l’un des quatre meilleurs championnats européens en plus de vous avoir appris des choses, alors il aura atteint son objectif.

Laisser un commentaire