Temps de lecture : 3 minutes

L’homme descend du singe, mais le singe, les dinosaures et les crustacés, de qui descendent-ils? La découverte en mars d’une forme primitive de ver en Australie pourrait redessiner la carte des espèces. Voici Ikaria, le premier animal terrestre.

La Terre, il y a 4,5 milliards d’années. Issue de la nébuleuse solaire qui a engendré la Voie Lactée, notre planète n’est encore qu’un amas de lave en fusion. Il faudra près d’un milliard d’années pour que la vie y apparaisse : bactéries, archées et autres êtres unicellulaires se développent. On est alors encore loin d’y compter les formes les plus complexes de vie, telles que les animaux et les végétaux. Et entre les deux, qui fut l’élu?

Si le principe de l’évolution a été communément reconnu avec le temps, certaines zones d’ombre subsistent sur les origines de la vie sur Terre. Chaque jour, des scientifiques découvrent de nouvelles espèces animales, rallongeant la longue liste des créatures ayant marché, rampé ou nagé sur notre vieille planète. Mais le Saint-Graal, c’est de trouver le dénominateur commun à la vie animale. Et cela vient peut-être d’arriver.

L’Australie, là où tout a commencé

© Gary-Jon Lysaght

Il y a de cela quinze ans, des terriers à l’état de fossile ont été décelés à Nilpena, en Australie-Méridionale. Une découverte historique et excitante qui accouchera finalement d’une souris : aucun reste des propriétaires, seules de minuscules impressions ovoïdes sont retrouvées non loin des terriers. Les instigateurs des fouilles en sont pourtant persuadés, il y a là quelque chose à chercher.

Et en ce mois de mars 2020, l’hypothèse devient la thèse : un scanner tridimensionnel fourni par la NASA permet la découverte de centaines de petits corps cylindriques comportant tête et queue. Les scientifiques nomment ce nouvel animal Ikaria wariootia, non sans référence : Ikaria signifie « lieu de rencontre » dans la langue indigène et Warioota Creek est le nom de la rivière traversant la région.

La première forme de vie animale évoluée

© Sohail Wasif – UCR

Avec ses 2 à 7 millimètres de long pour 1 à 2,5 de large, Ikaria n’est pas plus gros qu’un grain de riz. Bien que sa structure soit relativement simple, il était largement en avance sur son temps : il pouvait se nourrir de matières organiques qu’il avalait par sa bouche, digérait dans son intestin et expulsait par son anus. Des qualités somme toute assez basiques et rudimentaires qui représentent pourtant une révolution biologique qui fait d’Ikaria wariootia le plus ancien être vivant bilatérien (être qui dispose d’une tête, d’un postérieur, de flancs, d’un ventre et d’un dos). Des fossiles plus anciens de dickinsonia avaient été découverts mais il leur manquait la bouche et l’intestin pour être considérés comme tels.

Lors de sa découverte, l’Ikaria wariootia s’était enfoui dans de fines couches de sable oxygéné au fond de l’océan, sans doute à la recherche de matières organiques. Une attitude qui donne à penser qu’il disposait de capacités sensorielles rudimentaires, une première pour l’époque. Il ferait, de ce fait, le lien entre la faune de l’Édiacarien (période des plus anciens organismes pluricellulaires) et le Cambrien puisque c’est au cours de la première phase qu’eut lieu la transition entre les formes microscopiques simples et la vie animale complexe.

A l’heure de l’aviation, des télécommunications et des satellites, il est toujours bon de prendre du recul pour observer le chemin parcouru. D’un ver primitif en actuelle Australie, la vie s’est développée sur Terre au point d’emmener des hommes sur la Lune. Au point d’avoir créé la bombe atomique, la catastrophe de Tchernobyl et les marées noires, aussi. Autant d’événements qui participent à la destruction de l’inestimablement petit, sans qui rien n’aurait été permis. L’occasion de rappeler qu’il existe tout un micro-écosystème à préserver. Parce que c’est de l’inestimablement petit que tout est parti.

2 Replies to “Découverte : Ikaria, l’ancêtre de nos ancêtres”

  1. Intéressant cet article, il donne également le ver tige. Que représente nos malheureux 2.000 ans après JC à côté de plusieurs milliards d’années… Nous sommes tellement peu de chose mais nous nous octroyons le droit d’abimer tout ce qui a mis en place préalablement. A un moment, il faut bien admettre que l’évolution s’est inversée…

Laisser un commentaire